Category Archives

9 Articles

Français/Outils

Désigner une personne en utilisant un dé (ou deux)

Posted by Romain on

Nous utilisons un seul dé (ou une seule pièce) dans la version actuelle de la méthode pour sélectionner aléatoirement une personne qui modère. J’utilise cette méthode pour deux raisons. Tout d’abord, la méthode est facile: tout le monde a une pièce de monnaie et lors d’un jour de chance, une personne a un dé. Deuxièmement, la méthode se trouve à mi-chemin entre une liste de volontaires et une liste qui comprend tout le monde, puisque les (non-)volontaires peuvent s’asseoir à proximité ou loin du lanceur de pièces/dés. La méthode peut être facilement expliquée et elle a bien marché lors de mes précédentes expériences.

Mais, j’ai récemment pensé à une autre méthode (voir un ancien post). J’ai appelé cette deuxième méthode la méthode de la dichotomie. La méthode consiste à diviser le groupe principal en sous-groupes. Par exemple, un groupe de taille pair peut être divisé en deux, nous choisissons le premier sous-groupe pour pile et l’autre pour face. Vous pouvez ensuite recommencer le processus jusqu’ à ce qu’une personne soit sélectionnée. Un dé permet de traiter le cas des groupes divisibles en deux ou trois sous-groupes. Vous êtes confronté à un problème insoluble avec des groupes de taille de nombres premiers car vous devez avoir des sous-groupes non chevauchants et égaux pour garantir que toutes les personnes pourraient être sélectionnées avec la même probabilité.

Dans ce post je présente une troisième méthode appelée la méthode du dénombrement. Cette méthode fonctionne dans un groupe de moins de 36 personnes. Quelqu’un jette deux dés (ou un seul dé deux fois), de couleurs différentes, l’un représentant l’unité et l’autre les dizaines (voir illustration ci-dessous énumérant toutes les possibilités). On commence à compter à partir du lanceur (11 est le lanceur puis 12 à 65,66). S’il y a moins de 36 personnes, vous pouvez relancer quand vous obtenez un jet plus grand que la taille du groupe. Le groupe peut aussi contenir 9 ou 18 personnes, ici une personne correspond respectivement à trois ou deux lancers distincts possibles.

A gauche les nombres premiers jusqu’ à 2500. A droite, tous les tirages possibles (36) avec deux dés. Romain Cazé CC-BY

Pour la plupart des situations, un seul dé couvre déjà nos besoins. Les groupes de 6 personnes sont assez grands pour une discussion animée. Un groupe de plus de 36 personnes devient rapidement ingérable.

Merci de votre lecture! Si vous avez d’autres méthodes ou si vous pensez que nous ne devrions faire appel qu’ à des bénévoles, commentez.

P.S.Merci Ambre pour la relecture.

Français/General

Debut et pas fin

Posted by Romain on
Je retrace ici mon parcours depuis mars 2016 sur mon intérêt pour le rôle de l’aléatoire en politique. Cette date n’est pas un hasard, mars 2016 c’est le début de Nuit Debout. Je vivais à l’époque dans un appartement à 2 minutes à pied de la place de la République.
Au début je venais par curiosité, quand il y a eu les premières tentes, je suis venu plus régulièrement, et ensuite tous les jours. Très vite je me suis intéressé au rôle que pouvait jouer le bruit en politique. La première réalisation concrète de cette idée a été le jeu de la stochocratie.
 
Deux images du soleil. Un spectacle qui recommence chaque jour. Romain Cazé CC-BY
J’ai pratiqué cette expérience une bonne quinzaine de fois, sur la place de la République, avec des amis ou de la famille (eh oui je suis têtu). Le jeu a évolué beaucoup de fois par la même occasion (voir l’historique de la page wiki, une longue histoire), et continue encore de changer (voir blog).
 
Bref je m’intéresse donc de près à cette question depuis un certain temps. J’ai eu l’occasion de pointer mon nez à #MAVOIX. Je suis aujourd’hui en contact avec pas mal de gens dont les kleroterians ou Pierre, l’initiateur de demorun, mais aussi Brett de la sortition foundation. Je commence aussi à connaître les gens des listes participatives parisiennes auxquelles je propose de tirer au sort les personnes qui modèrent nos réunions. Une aventure donc qui continue!
Merci pour votre lecture! N’hésitez pas à commenter.
Français/General

Mérite

Posted by Romain on

Je vous conseille de regarder cette vidéo en anglais -surtout la leçon trois- avant de lire ce post ou d’écouter cette chanson en français pendant la lecture de ce post. La méritocratie suppose que les gens obtiennent ce pour quoi ils ont œuvré. Tous les jours, des personnes se noient, tuent ou sont tuées, grandissent dans des endroits dangereusement proches de l’enfer ou étrangement proches du paradis. Est-ce qu’ils le méritent? Ma nounou est morte en me tenant la main sur le chemin du retour de l’école; je suis entourée d’une grande famille que j’aime; j’ai perdu mon père à l’âge de six ans; j’ai grandi dans une France riche; j’ai eu mon doctorat avec les félicitations du jury; j’ai la sclérose en plaques. Est-ce que je le mérite? La réponse à ces deux questions me semble évidente. Non. Pourtant, les idées méritocratiques infestent nos sociétés. C’est peut-être parce qu’un oui rendrait les choses tellement plus faciles. En effet, il est réconfortant de trouver un but à tout cela ou un grand dessein qui explique les sacrifices.

Lors de ma courte vie, j’ai appris à respecter non pas les buts, mais les moyens. C’est la seule chose que j’arrive à contrôler. Se concentrer sérieusement sur quelque chose ou partager avec les autres mes moments faciles ou difficiles. Être bienveillant avec moi-même et avec les autres et profiter de mes chances incroyable. J’ai aussi appris à mieux percevoir les événements. Des choses, bonnes ou mauvaises, nous arrivent – aucun contrôle la dessus – mais la façon dont nous percevons les choses peut se contrôler. Se blâmer ou blâmer les autres pour leurs erreurs gaspille du temps et de l’énergie, et tous les deux sont nécessaires pour saisir les opportunités et profiter des bons moments.

Deux médailles, à gauche la légion du mérite, à droite une médaille plus modeste. Crédit d’image Romain Cazé CC-BY

Quel lien avec la sortition? Le choix n’existe pas lorsque la méritocratie encombre notre jugement. Les décisions sont alors influencées par nos innombrables biais inconscients, on partage alors selon son humeur. Mais le choix de tirer à pile ou face est un acte conscient. C’est une façon bien plus juste de partager que la méritocratie. Il n’ y a personne qui mérite plus que les autres de posséder des choses ou de décider. La sortition sert un moyen et non un but, elle permet de partager et de diriger avec beaucoup plus d’impartialité. Car il devient consciemment impossible de penser que les gens méritent de posséder ou de diriger lorsque le sort est aux commandes.

Merci de votre lecture! Vos commentaires et réactions sont bienvenues, alors n’hésitez pas à laisser un commentaire dans la section ci-dessous.

 

Français/General

Clarté

Posted by Romain on

Les politiciens professionnels obscurcissent parfois leur discours avec des mots ou des phrases imprécises. Ils utilisent délibérément un langage compliqué. De cette façon, ils peuvent dire que si vous n’êtes pas d’accord, c’est parce que vous avez mal compris. Cela affaiblit les opposants par rapport à une proposition claire. Comment pouvons-nous clarifier le discours pour mettre tout le monde sur un pied d’égalité?

Plusieurs personnes voient le même objet ou la même idée avec des points de vue distincts. Ils devront décrire à d’autres leur point de vue aussi fidèlement et clairement que possible pour reconstruire ou définir l’objet en question. Cela se produit au sein d’une foule hétérogène où différents points de vue se rassemblent pour créer une image plus complète. Encore faut-il pouvoir reconstruire cette image. Mais contrairement aux politiciens professionnels, personne ne peut gagner un argument en disant: »Vous n’avez pas compris ».

Pour clarifier une idée, une discussion respectueuse et répétitive est nécessaire. Plusieurs personnes doivent répéter la même idée en utilisant leurs propres mots distincts. Chaque itération peut cibler un public différent même si elles véhiculent toutes le même message. Le respect permet à chaque itération d’être entendue. Un modérateur garantit ces deux caractéristiques: respect et répétition.

Un ciel nuageux et un ciel dégagé. Crédit image CC-BY Romain Cazé

Ce blog me permet de répéter et d’expliquer la sortition aussi clairement que possible – en utilisant différentes manières de l’exprimer. J’essaie de présenter ici une méthode et non une idéologie, et la répétition des post me permet de la développer.

Merci de votre lecture! Essayez de discuter en utilisant un modérateur et décrivez dans la section commentaire ci-dessous vos expériences.

Français/General

Inégalités de revenu

Posted by Romain on

Le dernier rapport d’oxfam indique que 82% des richesses créées en 2017 sont allées aux 1% les plus riches de la planète. Plus que de constater l’inégalité des richesses, ce rapport démontre une inégalité des revenus. Il montre que les gens les plus riches sont aussi ceux qui gagnent le plus. Un cadre méritocratique peut justifier pourquoi il y a des gens pauvres et riches. En expliquant que les riches méritent d’être riches parce qu’ils ont le plus travaillé. Il est plus difficile de justifier pourquoi les plus riches devraient aussi percevoir la majeure partie des revenus. Pourquoi un riche mériterait-il de s’enrichir plus rapidement?

Nombreux sont ceux qui ont proposé d’augmenter les impôts des plus riches comme solution. Beaucoup se sont également opposés à cette idée parce que les impôts destinés aux plus riches sont parfois perçus comme un vol. Ce serait une erreur de penser que l’inégalité ne désavantage que les plus pauvres. Un riche peut tout perdre en vivant dans une société faite majoritairement de pauvres. A un certain point de rupture, les pauvres prendront tout aux plus riches par la force si nécessaire. Ainsi, en partageant ses richesses, les plus riches peuvent garantir la non-rébellion des masses pauvres. En d’autres termes, il peut être purement égoïste de partager la richesse. Pourtant, la redistribution a posteriori de la richesse semble être une pilule dure à avaler. Je pense que la sortition pourrait offrir une solution a priori plus efficace.

Deux humains avec des revenus différents. Crédit CC-BY Romain Cazé.

Conall Boyle discute longuement dans un article scientifique sur comment la sortition peut être utilisé pour introduire plus d’équité dans la distribution des richesses. Notamment, il parle d’une communauté de mineurs qui a adopté la sortition. Après un certain temps, les zone minière sont redistribuées avec une loterie. A première vue, cela peut sembler désavantageux et serait plus logique que le « meilleur » mineur explorent le « meilleur » endroit. De plus, la mise en place d’une nouvelle plate-forme minière prend du temps et peut apparaître comme une perte de temps et d’énergie. La principale justification des mineurs était l’équité de cette mesure. Je pense que même si cette méthode me semble juste, elle est aussi la plus productive. Le  » meilleur  » varie au fil du temps, souvent de façon non déterministe et la rotation offre la possibilité que le  » meilleur  » se rende au  » meilleur  » endroit. La rotation favorise également une nouvelle façon d’exploiter le site minier et peut ainsi accroître la productivité. Dans l’ensemble, une communauté pourrait accepter la sortition non seulement parce qu’elle semble juste et inconsciemment l’accepter à cause de son efficacité.

Merci de votre lecture! Si vous avez des commentaires ou des contre-arguments sur la façon dont la sortition pourrait aider à réduire les différences de revenus , n’hésitez pas.

Français/General

Handicap

Posted by Romain on

Vous vous demandez peut-être: »Quel est le rapport avec la sortition? ». La sortition était une idée intellectuellement agréable pour moi quand je l’ai découverte. Elle est devenu une nécessité. On m’a diagnostiqué la sclérose en plaques il y a maintenant deux ans, elle m’a déjà volé la flexibilité de la jambe droite et elle me fait lentement perdre ma capacité à parler et à écrire. L’année dernière, j’ai découvert que je voulais m’impliquer dans la politique, mais commencer une carrière politique dans ces conditions est un projet pour le moins ambitieux.

Google définit un handicap comme « une circonstance qui rend le progrès ou le succès difficile ». En politique, le handicap n’est pas l’exception, c’est la règle. Tous ceux qui sont incapables de parler fort, distinctement, avec un discours significatif et la capacité de contrôler une foule sont handicapés en politique. La dernière fois que j’ai parlé devant un public nombreux, mon cœur battait la chamade, mes mots étaient maladroits. Et je suis un jeune homme blanc, un peu habitué aux gens qui m’écoutent. Les choses auraient été complètement différentes si j’avais été une femme noire. La politique s’avère difficile même en dehors de ces cas extrêmes. Alors que pouvons-nous faire? Que puis-je faire?

Image de https://icons8.com/

Une possibilité est de donner un podium et un microphone à tous ceux qui le souhaitent et de fixer au préalable une limite de temps pour chaque orateur. Cela semble être une façon raisonnable de distribuer le discours, mais cela a aussi des conséquences négatives. Cela donne un avantage encore plus grand aux personnes qui sont les mieux placées pour convaincre les autres avec un discours court et condensé. En fin de compte, Cela favorise les idées vides et consensuelles. Un modérateur est ici un vrai atout. Un modérateur humain s’occupera beaucoup mieux du temps.

Un bon modérateur laisse tout le monde parler. Un bon modérateur prend en compte la capacité de la personne, il lui donne du temps si elle développe une idée complexe, mais il peut interrompre une personne si elle parle trop ou trop souvent. Un bon modérateur rend la parole fluide et aide à souligner les points que les gens veulent soulever. Paradoxalement, le modérateur parle beaucoup lors d’une réunion. Être un bon modérateur pendant longtemps est une tâche difficile, mais tout le monde peut être modérateur pendant une courte période. La fluidité apparaît naturellement lorsque le rôle de modérateur tourne souvent. De plus, avec un modérateur en rotation, tout le monde va prendre la parole, ne laissant aucun point non soulevé. C’est pourquoi il est si important de tirer au sort un modérateur à partir d’une liste de NON-volontaires et de changer de modérateurs facilement au sein d’une même réunion.

Merci de votre lecture. Et comme d’habitude, curieux de connaître vos réflexions sur le sujet!

Français/Chronologie

Pourquoi je me suis mis à faire de la politique?

Posted by Romain on

Je crois au pouvoir de la parole pour guérir des extrémismes qui rendent les hommes fous. Vous penserez peut-être que je suis naïf. Mais je suis convaincu que les fous qui perpètrent attentats ou meurtres de masse seraient infiniment moins nombreux si on les avait écoutés. Sur la place de la République j’ai plusieurs fois été le témoin du pouvoir de la parole. Laissez-moi vous présenter un exemple qui m’a marqué. Un jeune homme en face d’une personne passablement imbibée qui vociférait: « Tu me cherches, tu veux te battre? ». Il faisait une fois et demi sa taille. Le jeune homme ne s’est pas démonté et il lui a simplement demandé: « Pourquoi? » alors l’homme saoul a déblatéré un discours à moitié incompréhensible et à moitié haineux. Le jeune homme l’a simplement écouté et l’homme saoul s’est calmé, non pas par la force mais par la simple écoute. C’est ce besoin que j’ai ressenti chez les gens à Nuit Debout. Le besoin d’être écoutés. Cet exemple ainsi que de nombreux autres m’ont convaincu du pouvoir apaisant de la parole et de l’écoute. Il n’y pas que la parole, l’action a aussi son importance.

Et pourquoi la stochocratie en particulier? Pour deux raisons simples. D’abord pour donner la parole à ceux qui ne l’ont jamais. Mieux vaut laisser parler un fou quelque minutes plutôt que de le voir aux infos après un massacre indicible. Parce que nombre de personnes que l’on n’écoute jamais détiennent des solutions auxquelles nous n’aurions jamais pensé: car Il y a plus de deux fois le nombre de bonnes idées dans deux têtes différentes. Ensuite pour concrétiser les paroles en acte sans passer par un système pyramidal. En effet, ces systèmes sont très efficaces pour rendre concrètes les choses « they get things done », le problème avec eux c’est qu’ils sont pyramidaux avec un chef décideur charismatique (le masculin est voulu ici). Je pense que la stochocratie offre cette alternative intéressante en proposant un leader intempérant et fluide (qui peut être remplacé) tout en lui conférant une identité humaine.

Crédit: Merci Nina pour la relecture 🙂

Français/Liens

Un chercheur sur la sortition

Posted by Romain on

Lorsque la désignation d’une personne utilise le hasard on parle de sortition. Ce mot est à mettre en parallèle avec d’autres tels que l’élection, la filiation ou la qualification qui désignent d’autre modes de sélection. J’ai eu la chance de rencontrer recemment une personne préparant un doctorat sur le sujet lors d’un festival mettant en avant plusieurs initiatives pour montrer qu’il y avait beaucoup d’autres alternatives possibles au néo-libéralisme actuel. J’ai découvert cette personne en écoutant une émission sur le hasard et le rôle qu’il pouvait avoir en politique. Dans cette émission, il explique clairement la notion de sortition et il a notamment démontré lors de sa présentation comment la sortition était un outil de choix pour débattre de façon apaiser.

Français/Outils

Utiliser la sortition pour désigner la personne qui modére une discussion

Posted by Romain on

Une discussion qui implique trois personnes ou plus avec des opinions divergentes  nécessite très rapidement un.e modèrateur.trice . Parce qu’il y aura toujours quelqu’un qui monopolisera la parole (le masculin est ici voulu). D’où cette nécessitée d’une personne pour distribuer la parole de façon équitable. Mais comment peut-on désigner la personne qui modère?

Pour désigner les personnes qui vont modérer une discussion il suffit de lancer une pièce. La personne qui lance la pièce est désignée arbitrairement. Pile c’est la première personne sur la gauche de la pièce qui modère; face c’est la deuxième.

Lorsque la personne qui modère refuse cette tâche, démissionne ou lorsque qu’un tiers ou plus des personnes lèvent le pouces on relance une désignation. La personne qui était désignée précédemment relance la pièce, ainsi le pouvoir tourne.

On peut aussi utiliser un dé pour avoir une liste plus longue. Si l’on est 6 la personne qui lance le dé initialement perd son importance. Dans ce cas c’est la énième personne sur la gauche du dé qui modère.