Anarchistes conservateurs.

Posted by Romain on

Le train-train quotidien rattrape même les mouvements les plus radicaux. Fonctionner en groupe uni sans un ensemble de règles semble impossible. Une des première tâche d’une organisation est d’établir un règlement intérieur. Même les associations sans cadre juridique ont un fonctionnement réglementé.

Cela m’a frappé lors de mes premières aventures à Nuit Debout. La commission « démocratie sur la place », une des première à se structurer avait déjà un ensemble déterminer de règles de fonctionnement lorsque je l’ai découverte. Il a suffit de quelques semaines voir de quelques jours pour que des règles se mettent en place et que le pouvoir s’installe. Les règles de modération furent les premières a être établies. Ainsi les personnes qui modéraient cette commission étaient implicitement désignées avant chaque réunion. Nuit Debout en suivant l’héritage des mouvements qui l’ont précédé utilisé par exemple les signes de la communication non-verbale et la limitation du temps de parole pour garantir écoute et variété d’opinions.

Deux logos, l’un des républicains américains, l’autre des anarchistes.

Le conservatisme s’installe alors, implacable. Après quelque jours, plus vraiment de place pour la nouveauté et le mouvement s’arrête. Une lente sclérose des habitudes l’emprisonne dans un carcan inextricable. La commission « démocratie sur la place » a stoppé tout nette mes proposition farfelu de tirage au sort car c’est bien connu vote=démocratie. Et les propositions un peu nouvelles s’écrase enfin sur le mur des habitudes.

Une organisation aussi novatrice soit elle se dote rapidement d’un ensemble de règles comme un animal se dote d’un squelette. Même les organisations les plus anarchistes sont des organisations régit par un ensemble rigide de règles. Cela peut être même plus pernicieux car ces règles sont alors implicites et il devient alors plus difficile de s’y opposer.

Merci pour votre lecture!