Handicap

Posted by Romain on

Vous vous demandez peut-être:  » Quel est le rapport avec la sortition? « . La sortition était une idée intellectuellement alléchante pour moi quand je l’ai découverte. Elle est devenu une nécessité. On m’a diagnostiqué la sclérose en plaques il y a maintenant deux ans, elle m’a déjà volé la flexibilité de la jambe droite et elle me fait lentement perdre ma capacité à parler et à écrire. L’année dernière, j’ai découvert que je voulais m’impliquer dans la politique, mais commencer une carrière politique dans ces conditions est un projet pour le moins ambitieux.

Google définit un handicap comme « une circonstance qui rend le progrès ou le succès difficile ». En politique, le handicap n’est pas l’exception, c’est la règle. Tous ceux qui sont incapables de parler fort, distinctement, avec un discours construit et la capacité de contrôler une foule sont handicapés en politique. La dernière fois que j’ai parlé devant un public nombreux, mon cœur battait la chamade, mes mots étaient maladroits. Et je suis un jeune homme blanc, un peu habitué aux gens qui m’écoutent. Les choses auraient été complètement différentes si j’avais été une femme noire. La politique s’avère difficile même en dehors de ces cas extrêmes. Alors que pouvons-nous faire? Que puis-je faire?

Deux types de fauteuils roulants. Sur la gauche une image de formule 1 (https://en.wikipedia.org/wiki/File:Bargeboard_topfront.png) et sur la droite le fauteuil roulant qui permet d’être debout (https://www.activemobility.co.uk/electric-wheelchairs-c319_85_86/jive-standing-electric-wheelchair-p-2979.html). Composition des photos Romain Cazé CC-BY

Une possibilité est de donner un podium et un microphone à tous ceux qui le souhaitent et de fixer au préalable une limite de temps pour chaque orateur. C’est une façon de distribuer la parole, une façon imparfaite. Cela donne un avantage encore plus grand aux personnes qui sont les mieux placées pour convaincre les autres avec un discours court et condensé. En fin de compte, Cela favorise les idées vides et consensuelles. Un modérateur.rice est ici un vrai atout. Un.e modérateur.rice humain s’occupera beaucoup mieux du temps.

Un.e bon.ne modérateur.rice laisse tout le monde parler. Il/Elle prend en compte la capacité de la personne, il/elle lui donne du temps si elle développe une idée complexe, mais il peut l’interrompre si elle parle trop ou trop souvent. Un.e bon.ne modérateur.rice rend le discours fluide et aide à souligner les points que les gens veulent soulever. Paradoxalement, le/la modérateur.rice parle beaucoup lors d’une réunion. Être un.e bon.ne modérateur.rice pendant longtemps est une tâche difficile, mais tout le monde peut être modérateur.rice pendant une courte période. La fluidité apparaît naturellement lorsque le rôle de modérateur.rice tourne souvent. De plus, avec un.e modérateur.rice en rotation, tout le monde va prendre la parole, ne laissant aucun point non soulevé. C’est pourquoi il est si important de tirer au sort un.e modérateur.rice à partir d’une liste de NON-volontaires et d’en changer régulièrement au sein d’une même réunion.

Merci de votre lecture. Et comme d’habitude, curieux de connaître vos réflexions sur le sujet!